(9)

Conseiller du salarié

2012_-_CDS.JPGA quoi sert un conseiller du salarié  ?

Le conseiller du salarié peut apporter un soutien actif  à toute personne, salariée d’une entreprise dépourvue d’institutions représentatives du personnel, lorsqu’elle est convoquée à un entretien préalable à un éventuel licenciement ou dans le cadre de la phase préparatoire à la rupture conventionnelle.

Le conseiller du salarié a une compétence départementale, il est nommé par le préfet, et inscrit sur une liste départementale révisée tous les 3 ans. Les salariés désirant se faire assister peuvent retirer ou consulter la liste :

  • à la mairie de leur domicile,
  • à l’Unité territoriale de la direction régionale des entreprises de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi (DIRECCTE)
  • sur le site de la préfecture

Le conseiller du salarié exerce sa mission gratuitement dans le cadre des dispositions du code du travail. Il est soumis à une obligation de discrétion. Il bénéficie d’une expérience du monde de l’entreprise et des relations entre employeurs et salariés mais également d’une connaissance du droit social.

Lire la suite

À la rescousse des futurs licenciés

DNALes salariés des petites entreprises dépourvues de représentants du personnel peuvent eux aussi être assistés en cas de licenciement. Il leur suffit de demander l’aide d’un conseiller du salarié. Cette fonction, encore trop méconnue, est exercée aujourd’hui par 400 personnes dans la région.

Jusqu’à la fin des années 80, il y avait, pour faire court, deux catégories de salariés : ceux qui disposent dans leur entreprise d’instances représentatives du personnel et les autres.

En cas de licenciement, les premiers pouvaient être assistés par un délégué syndical, un délégué du personnel ou encore un élu au comité d’entreprise. Les autres, employés dans une société de moins de dix salariés, ainsi que dans de nombreuses entreprises de moins de 50 personnes, se retrouvaient seuls face à leur employeur.

Aujourd’hui, les personnes qui sont dans ce cas de figure ont une autre issue. Elles peuvent bénéficier de l’accompagnement et des conseils d’un conseiller du salarié.

Lire la suite

Le social, c'est urgent : avec l'UNSA, le 1er mai j'y suis !

Vous trouverez en téléchargement dans la boîte à outils du site internet le visuel d’appel UNSA pour les manifestations du 1er mai. À vous de le diffuser localement, de le mettre sur vos blogs et autres sites internet. Pensez aussi à le transmettre localement à vos syndicats UNSA afin que cet appel  […]

Lire la suite

1er mai 2012

 Logo UNSA MuguetLes unions départementales UNSA, CFTC, CGT, FSU, Solidaires se sont réunies pour préparer la manifestation unitaire du 1er mai 2012.
A lire ci-dessous le communiqué de l’intersyndicale départementale et les informations suite à la réunion intersyndicale du 19 avril 2012.

Lire la suite

Université de Strasbourg : pétition de soutien aux étudiants et personnels (...)

Sauvons l’Université !

Université de Strasbourg : pétition de soutien aux étudiants et personnels étrangers

Suite aux difficultés que rencontrent des étudiants et des personnels étrangers de l’université de Strasbourg, 15 associations et organisations ont pris l’initiative de rédiger une lettre ouverte au Préfet de la région Alsace, préfet du Bas-Rhin. Une cinquantaine d’élus et de représentants des conseils centraux, du CT et du CHS ont accepté d’être premiers signataires. Près de 500 signatures des personnels de l’Université de Strasbourg ont été recueillies en quelques jours. Un soutien national est sollicité afin de donner plus de poids à ces exigences. Cette action a déjà permis quelques délivrances de cartes de séjour mais de nombreux étudiants restent sous le coup d’Obligations de Quitter le Territoire Français injustifiables.

Lire la suite

Inspecteur du travail giflé - Un mois avec sursis

DNALe cogérant d'une entreprise strasbourgeoise qui avait giflé un inspecteur du travail dans l'exercice de ses fonctions, le 29 février dernier, a été condamné hier à un mois de prison avec sursis.

Le prévenu, qui comparaissait libre sous contrôle judiciaire, nie tout acte de violence et explique qu'il « imaginai [t] que c'était un faux contrôleur ». « Dans son pays d'origine, la Russie, il a déjà vu à sa porte des gens qui se prétendaient policiers ou fonctionnaires, et qui lui dérobaient de l'argent », développe son avocat, Me Fabrice Bigot. Le vice-procureur Thierry Massa en convient d'ailleurs volontiers. « Il était persuadé d'être en face d'un affabulateur », estime le magistrat en requérant une condamnation « modérée » de l'ordre de 15 jours de prison avec sursis.

L'inspecteur du travail, venu contrôler l'entreprise de transport à la suite des déclarations d'une ancienne employée, maintient quant à lui avoir reçu « une gifle, et le mot est faible. C'était vraiment un coup. Je n'ai rien vu venir. »

Lire la suite

UN SCRUTIN FONDAMENTAL

Dix candidats se présenteront aux suffrages des électeurs français pour le premier tour de l’élection présidentielle 2012. Dans une Vème République où le Président concentre beaucoup de pouvoirs sur sa personne, c’est rien de moins qu’un permis de gouvernement de cinq ans qui sera démocratiquement  […]

Lire la suite