(10)

Clemessy Mulhouse - La section CFDT devient UNSA

La section CFDT de Clemessy Mulhouse était la première organisation syndicale de l’entreprise avec plus de 50 % aux élections de 2011. « Mais nous avons refusé de cautionner les agissements répréhensibles et intolérables du délégué central du groupe », explique Dolorès Ventorosi, ancienne déléguée  […]

Lire la suite

UR en campagne....

  Nous sommes toujours en phase de récolte d’adresses mail de salariés de TPE. Merci de les faire parvenir avec nom et prénom à ur-alsace@unsa.org  ou à ton UD. Mais nous entamons déjà la campagne d’information. Tu trouveras sur le site de l’UR http://alsace.unsa.org/ le matériel de communication à  […]

Lire la suite

Banque de France: grève «extrêmement» bien suivie, selon les syndicats

DNALa grève pour dénoncer un plan de restructuration de la Banque de France, qui prévoit entre 1.700 et 2.100 suppressions de postes, était vendredi «extrêmement» bien suivie, provoquant la fermeture de succursales, a-t-on appris vendredi auprès des syndicats. A Strasbourg, une affichette indiquait la fermeture «en raison d’un mouvement social».

«La grève est extrêmement bien suivie, on sait que plusieurs dizaines de succursales sont fermées avec des taux de grève qui peuvent souvent atteindre les 100% en province», assure à l’AFP Denis Durand, secrétaire général de la CGT. Ainsi, sur la porte de la succursale deStrasbourg, une affichette indiquait la fermeture «en raison d’un mouvement social».

Pour le syndicaliste, «la grande surprise, c’est que la grève est massivement aussi suivie au siège», ce qui est «vraiment inhabituel».

Une information confirmée par Julien Morlant, permanent du SNA, premier syndicat de la Banque de France avec plus de 30% des voix aux dernières élections professionnelles.

«Vent debout» contre un plan de restructuration présenté aujourd’hui en comité central d’entreprise extraordinaire, les syndicats SNABF, CGT, FO, CFE-CGC, CFTC, CFDT, Unsa et Syndicam ont appelé les 13.000 agents de la Banque de France à la grève vendredi.

Lire la suite

Départ à la retraite

DNA

Francine Kleinmann : une carrière dans la fonction publique

Petite cérémonie sympathique à l'Espace Sept Arpents de Souffelweyersheim. Francine Kleinmann, adjoint administratif principal 1re classe, au service de la commune depuis de nombreuses années, était à l'honneur à l'occasion de son départ à la retraite. Amis, collègues et élus étaient là pour participer à cet événement à la fois solennel et festif. C'est notamment, en présence du maire honoraire, Raymond Vetterhoeffer, du maire Pierre Perrin, et des adjoints, qu'elle s'est vue félicitée pour ses engagements, avec remise de cadeaux et arrangement floral.

Lire la suite

Soutenus par le syndicat des enseignants, SE-UNSA 67, les parents ne veulent pas de solutions alternatives à l'ouverture d'une classe

Hier, des parents d’élèves du groupe scolaire du Molkenbronn, à Lingolsheim, se sont mobilisés pour l’ouverture d’une classe supplémentaire en maternelle. En plein travaux de rénovation des locaux, le groupe scolaire du Molkenbronn accueille les élèves de maternelle dans des préfabriqués, pour des  […]

Lire la suite

UNSA Éducation - Préparer le changement, c’est maintenant !

La refondation de l’école est entrée dans une phase de concertation. Mais sa réalisation prendra des années, prévient l’UNSA Éducation. Dans l’attente d’un « vrai changement », les enseignants ont retrouvé la réalité du terrain sans trop savoir sur quel pied danser. « C’est un enthousiasme un peu  […]

Lire la suite

L’Unsa et la rentrée : « Ne surtout pas rater le coche »

Logo_LALSACE.JPGLes responsables de l’Unsa Éducation Alsace ont été les premiers, hier, à ouvrir le ban des réactions syndicales à la rentrée 2012.

« Une rentrée de transition », a, d’emblée posé Christian Moser, le secrétaire régional adjoint de l’Unsa (Union nationale des syndicats autonomes) Éducation Alsace. Il pointait, du coup, la difficulté inhérente à l’exercice, puisque l’essentiel des mesures prises pour cette année l’ont été « par la précédente mandature ». Pour autant, l’Unsa ne se sent pas paralysée, puisque, pense-t-elle, le débat sur la refondation de l’école doit lui donner l’occasion « d’exposer (sa) vision ».

« Exigeants pour le changement », selon le slogan de l’organisation, qu’a rappelé Anne-Marie Haller, secrétaire générale du Se-Unsa 67, c’est d’abord sur d’autres rapports avec le pouvoir qu’ils comptent : « Depuis trois ans, on a le sentiment de ne pas avoir été entendus. Or, on a beaucoup de choses à dire », rappelle David Grisinelli, secrétaire académique du SE-Unsa.

Là où les « autonomes » ont notamment le sentiment d’avoir une carte à jouer, c’est le débat sur l’aménagement du temps scolaire. Sur la semaine de quatre jours et demi, le zonage des vacances d’été, l’éventuelle alternance deux semaines de cours/deux semaines de congés, le syndicat n’a pas encore de position arrêtée. « Tout cela demande à être réfléchi », estime M. Moser, « pas comme quand on a supprimé le samedi matin d’un coup de baguette magique. »

Lire la suite