(4)

Préavis de grève à la CTS à partir du 28 novembre

La notification préalable au préavis de grève a été faite fin octobre par la seule CGT. Mais c’est l’intersyndicale CGT, CFDT, UNSA et FO qui signe le préavis lui-même. L’appel à la grève vaut pour l’ensemble du personnel, du 28 novembre à 2 h au 5 janvier à 2 h, soit toute la période des festivités  […]

Lire la suite

Le personnel de la CUS sera amputé pour trouver 67 millions d’économies

Logo_Rue89StrasbourgCela risque d’être le fil rouge du mandat 2014-2020. Les recettes de la CUS baissent, mais pas encore autant que les dépenses. L’exécutif songe à se séparer d’une partie du personnel. Environ 1 000 des 8 279 emplois dans la CUS sont amenés à disparaître en six ans. L’agenda social présenté aux syndicats mercredi 12 novembre s’annonce douloureux.

Depuis septembre, les efforts demandés aux services de la CUS pour dépenser moins deviennent visibles. Malgré son succès, le Velhop ne voit pas d’argent supplémentaire injecté pour pallier les longues listes d’attentes. Les écoles strasbourgeoises doivent désormais payer leurs déplacements en bus si elles veulent se rendre à la patinoire, les piscines ne sont plus gratuites pour les clubs. Les préavis de grèves se multiplient dans le service de l’Éducation et de l’Enfance. Les médiathèques sont concernées à leur tour avec 8 CDD qui ne sont pas renouvelés d’ici la fin de l’année, dont 6 sont des compensations de temps partiels.

Première raison à cela, l’État français baisse sa dotation aux collectivités territoriales : 3,7 milliards de moins en 2015 pour un total de 11 milliards d’ici 2017. À la CUS, cela se traduit par 10 millions d’euros de moins dès l’an prochain puis encore 10 millions de moins la suivante et rebelote en 2017. Sur la même période, la contribution au fonds national de péréquation des ressources intercommunales et communales passe de 583 000 à 1,17 millions d’euros par an.

Au total, ce sont 67 millions d’euros de moins sur 3 ans, pour un budget annuel de 1,4 milliard d’euros. Une baisse plus forte qu’anticipée qui a incité les dirigeants à repousser le débat d’orientation budgétaire au mois de janvier pour un budget qui sera entériné en février seulement.

En attendant, chaque maire doit retrouver ses pénates et racler les fonds de tiroirs, tandis que chaque direction doit « rendre des postes ». Augmenter les impôts pour compenser cette perte n’est pas l’option privilégiée à ce stade, même si « rien n’est exclu » a indiqué mercredi le président de la CUS, Robert Herrmann (PS). Une superbe opportunité pour l’opposition de droite d’attaquer ? Très peu, car l’agglomération est dirigée par une coalition gauche / droite scellée après les élections municipales.

Lire la suite