Participation légèrement supérieure en Alsace

DNAAppelés pour la première fois à voter pour une étiquette syndicale, les salariés des très petites entreprises (moins de 11 salariés) ont davantage participé à ce scrutin que la moyenne nationale.

En Alsace, 127 537 salariés étaient inscrits comme électeurs dans les très petites entreprises, et 15 848 d'entre eux se sont exprimés. Soit un taux de participation de 12,43 %, supérieur à celui enregistré au plan national à 10,4 % (4,5 millions d'inscrits).

Cette faible participation était attendue, et crainte. Plusieurs raisons l'expliquent : ce vote destiné à mesurer la représentativité syndicale dans les TPE était une première historique auprès d'une catégorie de salariés où les organisations syndicales sont peu implantées. Le vote ne s'est pas exercé nominativement mais sur des étiquettes syndicales. Les moyens déployés pour organiser et promouvoir le scrutin ont été très inférieurs à ce qu'ils sont pour les élections prud'homales.

En Alsace, le procès-verbal du scrutin établi vendredi soir fait apparaître les résultats suivants pour les principales organisations qui se présentaient : CFDT 23,25 %, Force Ouvrière 15,93 %, CFTC 14,34 %, UNSA 6,95 %, CGT 21,18 %, SPAMAF 6,23 %. Présente uniquement dans le collège cadres, la CFE-CGC recueille de son côté 24,52 %. Dès vendredi soir, l'UNSA et la CFTC se sont exprimées sur leurs scores, l'une et l'autre regrettant le faible taux de participation.

Tels qu'ils se présentent, ces résultats ne bouleversent pas le paysage syndical, au moins pour l'instant. Pour la plupart des organisations en lice, sur un terrain qui ne leur était pas familier, ce vote a aussi servi à tester de nouvelles formes de militantisme et de présence sur le terrain. Les syndicats concernés vont certainement en tirer les leçons.