Mot-clé : Berille

Et un de plus : l’Unsa Banques va rouler contre la loi Travail

Alors que Manuel Valls reçoit ce 29 juin les leaders de la CGT, FO, la FSU, Solidaires, l’Unef et la Fidl et le patronat, l’Unsa Banques Assurances, syndicat "réformiste" selon la classification du Premier ministre, va défiler jeudi 29 juin en bus 1936 pour réclamer le respect des accords collectifs de branche. Entre autres.

Lire la suite

DNA - Strasbourg - Congrès régional de l’Unsa

2015_-_Congres_UR_Unsa.JPGXavier Ulrich : « Une implantation inégale mais incontournable »

À l’occasion du 5e congrès régional de l’Unsa Alsace, le secrétaire général Luc Berille a évoqué, hier à Strasbourg, la stratégie de son jeune syndicat.

Les gens ont envie de liberté de pensée et ont besoin de vie collective. L'Unsa est une réponse syndicale à cette aspiration », estime le secrétaire général Luc Bérille, qui sera candidat à sa propre succession en présentant une liste lors du congrès national de l'Unsa, qui se tiendra du 31 mars au 2 avril à Montpellier.

Créée en 1994 avec 95 % d'adhérents originaires de la fonction publique, l'Union nationale des syndicats autonomes compte aujourd'hui 200 000 membres à jour de cotisation, dont 8 000 en Alsace, précise le secrétaire régional Xavier Ulrich.

Lire la suite

Le conflit à la SNCF s’achève à la veille du vote à l’Assemblée nationale Luc Bérille (Unsa) : « Une grève évitable »

DNA« Une course à l’échalote jusqu’au-boutiste » entre CGT et Sud a provoqué ces onze jours de grève, regrette Luc Bérille, secrétaire général de l’Unsa, deuxième syndicat de l’entreprise.

Onze jours de grève à la SNCF, le plus long conflit depuis 2010. Pourquoi ?

« Ce sont surtout onze jours de conflit évitables. L’enjeu, c’est la réforme du marché ferroviaire et son ouverture à la concurrence, que personne ne découvre… Cela fait dix-huit mois que les organisations syndicales en discutent avec le gouvernement et la SNCF. À l’Unsa, nous réclamions des garanties structurelles pour assurer la solidité et la pérennité de l’entreprise, et des garanties sociales sur le statut des cheminots. Nous avons obtenu ces avancées par la négociation. Mais d’autres ont choisi la grève, sans d’ailleurs jamais dire clairement ce qu’ils en espéraient. »

Vous mettez en cause la CGT ?

« Elle est en proie, à la SNCF et ailleurs, à de grandes difficultés sur sa stratégie syndicale. La CGT doit arbitrer entre deux orientations qui la traversent : une position très radicale de refus de tout compromis, et la capacité à négocier et s’engager sur un compromis. D’autant qu’elle est talonnée à la SNCF par Sud-Rail, dans une course à l’échalote jusqu’au-boutiste qui n’amène aucun résultat. »

Lire la suite