Mot-clé : clinique

DNA - Grogne à la clinique

Grève clinique St-LucDes personnels de la clinique Saint-Luc de Schirmeck, comme d'autres dans des établissements de santé de la région et en France, étaient en grève hier. En cause, un avenant à la convention collective qui diminuerait de manière drastique les acquis des salariés, affirment les syndicats.

Image peu habituelle de l'espace d'entrée à la clinique Saint-Luc de Schirmeck, hier matin : drapeaux, banderoles et des manifestants qui accueillent le public avec des tracts. Cette journée était placée en fait sous le signe du mécontentement de salariés du groupe hospitalier Saint-Vincent, auquel appartient l'établissement. Les quelque 70 salariés sur les 120 que compte la clinique étaient rejoints ce lundi dans leur mouvement par d'autres, à Strasbourg, qui manifestaient eux aussi, là-bas, leur mécontentement.

Finances et flexibilité

Au coeur du mouvement, un avenant à la convention collective adoptée en 1951, que la Fédération des établissements hospitaliers et d'aide à la personne voudrait voir appliquer, avec accord du ministère de la Santé. Ce que dénonce l'intersyndicale CGT, FO, CFE-CGC et UNSA, qui appelait donc à manifester ce 15 octobre. Le texte en question concourrait à faire évoluer moins vite les primes d'ancienneté, à diminuer non seulement la récupération des jours fériés pour certaines catégories de personnels, mais aussi la majoration des heures supplémentaires, ainsi qu'à diviser par trois les primes de départ à la retraite, entre autres. « Le deuxième point est le volet social », expliquent Marie-Claude Padellec, déléguée syndicale CFE-CGC et Martine Hoffmann, déléguée syndicale centrale UNSA, toutes deux pour le groupe hospitalier Saint-Vincent et la clinique Saint-Luc.

Lire la suite