Mot-clé : justice

France Info. - Surpopulation carcérale : "Cela devient explosif !" (Syndicat UFAP-UNSA)

logo_UFAP.JPGAlors que les syndicats pénitentiaires sont reçus ce mardi à l'Elysée par François Hollande et Jean-Jacques Urvoas, Jean-François Forget, secrétaire général de l'organisation syndicale pénitentiaire UFAP-UNSA a dénoncé mardi sur France Info la "surpopulation carcérale" dans les prisons. "Cela devient explosif !", a-t-il lancé.

"Depuis pas mal de temps, on est en situation de surpopulation carcérale, de surchauffe depuis des années. Là, on atteint un seuil encore plus critique: 69.500 détenus pour 58.300 places. Cela correspond à plus de 2.000 matelas par terre donc une surpopulation pénale, avec la chaleur, le contexte, la tension. Oui cela devient explosif", a-t-il expliqué.

"Cela se concrétise comment ? Avec plus de 4.500 agressions sur le personnel, 18 prises d'otage l'année dernière, des suicides d'agents en cascade. On a un peu le moral dans les chaussettes", a-t-il ajouté.

Lire la suite

Le contrat de travail à durée déterminée, mode d’emploi

Actuellement, plus de 80 % des embauches sont réalisées dans le cadre de contrats à durée déterminée (CDD) ! Pourtant, juridiquement, il reste un contrat d’exception par rapport au contrat de droit commun, le contrat à durée indéterminée. Ce record historique des recrutements en CDD ne doit donc pas faire perdre de vue qu’il est soumis à des règles très strictes !Publié le

Lire la suite

DNA Colmar - Les minutes de colère du greffe

150 greffiers et fonctionnaires de justice, soutenus par quelques magistrats, ont manifesté hier à Colmar. Contre la réforme, pour une revalorisation. Ils n’ont pas l’habitude d’élever le ton ni de se montrer. Mais la mobilisation a été forte hier chez les greffiers et fonctionnaires de justice. Ils  […]

Lire la suite

Trajet allongé, trajet compensé !

Distances.JPGLa modification du lieu de travail, lorsqu'elle entraine un allongement du trajet entre celui-ci et le domicile du salarié doit être compensée financièrement. Dans cette affaire, un salarié a été engagé en qualité d'agent technique dans le cadre d'un CDD sur une période de 3 mois qui s'est poursuivie au-delà du terme. Après avoir donné sa démission, le salarié a saisi la juridiction prud'homale afin d'obtenir le paiement de sommes à titre de contrepartie des heures de trajet. La Cour d'appel a fait droit à la demande du salarié et a condamné l'employeur au paiement d'une somme au titre de la contrepartie financière du temps de trajet.

Lire la suite

DNA - Après 13 h 30 de prise d’otage à la maison centrale - La surveillante libérée

logo_UFAP.JPGUne surveillante de la centrale d’Ensisheim, retenue en otage dans une cellule du quartier « 2- premier » pendant près de 13 h 30 par un détenu déjà auteur de trois autres prises d’otages depuis 2011, a été libérée hier soir vers 22 h 30 après de longues négociations et sans avoir eu recours à une intervention des hommes du GIGN présents sur place.

Le détenu de la prison d’Ensisheim qui avait pris une surveillante en otage hier matin s’est rendu dans la soirée, a indiqué le procureur de Colmar Bernard Lebeau.

« L’affaire s’est terminée au mieux. L’otage a été libérée par le détenu qui la séquestrait depuis le matin, par lassitude », a déclaré le procureur à l’issue de la prise d’otage avant de rendre hommage au travail des négociateurs de la gendarmerie puis du GIGN.

Depuis 8 h 55 hier matin, une surveillante de l’établissement était en effet retenue dans une cellule après avoir été agressée par un détenu du quartier « 2 – premier » de l’établissement. Ce dernier, un détenu particulièrement surveillé (DPS), était, semble-t-il, en possession d’une arme blanche de fabrication artisanale.

Sadik Jdaidia, âgé de 39 ans et originaire de Strasbourg, n’en était pas à son coup d’essai puisqu’il s’était déjà rendu coupable de trois précédentes prises d’otages (lire ci-dessous). Il avait été transféré à la prison d’Ensisheim le 7 février dernier.

Pour Bernard Cabon, du syndicat UFAP-UNSA justice, le profil du preneur d’otage n’a « rien à faire dans une centrale comme Ensisheim, sa place est dans un établissement spécialisé pour qu’il puisse bénéficier d’un suivi médical et psychologique. Cela fait déjà des années que nous demandons la création de structures spécialisées… »

Lire la suite

Maison d’arrêt : l’inquiétude de l’Ufap-Unsa

A la suite de l’évasion de trois détenus de la maison d’arrêt de Colmar (DNA de jeudi), le syndicat pénitentiaire Ufap-Unsa s’inquiète de la situation qu’il juge « catastrophique » de celle de Strasbourg. Dans un communiqué, il affirme que la maison d’arrêt strasbourgeoise, construite il y a 25 ans  […]

Lire la suite

Un salarié mis à disposition peut être désigné représentant de la section syndicale dans l'entreprise d'accueil

legislation.jpgUn salarié mis à disposition d'une entreprise peut être désigné représentant de la section syndicale au sein de cette entreprise dès lors qu'il est intégré de façon étroite et permanente à la communauté de travail, et qu'il remplit les conditions pour être inclus dans le calcul des effectifs en application de l'article L. 1111-2-2 du code du travail. Aucune disposition légale ne fait obstacle à cette désignation. C'est ce que retient la Cour de cassation dans un arrêt du 29 février 2012 qui figurera au rapport annuel de la Cour.

Une salariée de la société Rosenthal France qui exerce depuis 2001 les fonctions de démonstratrice au sein de la société des grands magasins Printemps, est désignée par l'Unsa en tant que représentante de la section syndicale du magasin de Strasbourg.

Lire la suite